Comment choisir sa pompe de surface ?

Comment choisir sa pompe de surface ?
4.5 (90%) 2 votes

Outil incontournable et très pratique à l’usage, la pompe de surface représente une solution très prisée par les utilisateurs qui s’en servent pour diverses raisons. De manière générale, la pompe de surface s’emploie pour aspirer ou refouler de l’eau d’un point A vers un point B. Si vous pensez aussi qu’il s’agit du matériel qu’il vous faut, il est important que vous effectuiez un choix convenable lors de son achat. Comment pourrez-vous alors arriver à choisir la pompe de surface adaptée à votre usage ? Eh bien, c’est votre jour de chance ! Nous en parlons dans ce billet. Tout d’abord, il s’agira pour nous d’aller à la connaissance de cette pompe, puis d’éclaircir les conditions dans lesquelles elle peut être utilisée afin d’éliminer toutes erreurs de manipulation. Ensuite, nous passerons en revue les types d’eau qu’il est possible de pomper avec elle, avant d’aborder d’importantes caractéristiques intrinsèques à chaque pompe de surface. Et pour finir, il sera question de développer certains autres aspects afin que vous soyez absolument capable d’effectuer un choix approprié. Installez-vous donc confortablement dans votre siège ; nous partons à la découverte de la pompe de surface.

Voir les pompes monocellulaires sur Manomano

Qu’est-ce qu’une pompe de surface et comment fonctionne-t-elle ?

 Si vous avez besoin d’un système mécanique qui, utilisable en plein air, permettrait le relevage des eaux, eh bien, la pompe d’eau est la machine qu’il vous faut. Son rôle est d’aspirer l’eau depuis une source et de la refouler à un point de rejet. Pour ce faire, il se réalise une certaine aspiration au sein de cette machine. Cette aspiration consiste à faire tourner la ou les turbines qui composent la pompe de surface, à une certaine vitesse et selon la pression nécessaire pour la réalisation du pompage. De ce fait, nous distinguons deux catégories de pompe de surface : les pompes monocellulaires et les pompes multicellulaires ou pompes multi-étages.

 

Pompe monocellulaire, pompe multicellulaire : quel impact de choix ?

Les pompes monocellulaires et multicellulaires se différencient physiquement à travers le nombre de turbines qu’elles possèdent. En réalité, à la différence de la pompe multicellulaire qui en possède plusieurs, la pompe monocellulaire ne possède qu’une turbine. À titre de rappel, ces turbines représentent les éléments qui permettent l’aspiration et la mise en pression de l’eau au niveau de la machine. Il ressort de cet état des choses que les pompes monocellulaires sont généralement destinées à un usage moins exigeant en termes de performances. Ainsi, si vous devez utiliser votre pompe de surface dans l’objectif de vider votre piscine ou d’arroser un potager par exemple, la pompe de surface monocellulaire est celle qu’il vous faut. Produit d’entrée de gamme, la pompe monocellulaire est uniquement conçue pour effectuer le pompage des eaux claires et est le plus souvent à amorçage manuel.

Quant à elle, la pompe multicellulaire, encore appelée pompe à multi-étages, possède plusieurs turbines qui l’aident à réaliser de meilleures performances. Montées les unes à la suite des autres, les turbines de la pompe multicellulaire lui permettent d’augmenter la capacité d’aspiration et de mise en pression. Fort de son corps de pompe en fonte d’aluminium et de son caractère auto-amorçante, ce type de pompe est donc destiné à un usage plus laborieux.

 

Quelles eaux puis-je pomper grâce à ma pompe de surface ?

Il parait clairement qu’il est possible d’utiliser une pompe de surface dans plusieurs conditions. Ces conditions ne pouvant être similaires à tout point de vue, il importe donc de s’imprégner de quelques autres informations telles que la qualité de l’eau à pomper avant tout achat. En la matière, vous pouvez retenir qu’une pompe de surface est soit capable d’aspirer des eaux claires, des eaux chargées ou des eaux très chargées. Par conséquent, la détermination de la qualité de l’eau à pomper relève d’une première nécessité. À titre informatif, on appellera :

  • « eau claire », toute eau dont la granulométrie est inférieure à 5 mm (elles proviennent généralement d’un récupérateur d’eau de pluie ou d’un puits) ;
  • « eau chargée », toute eau dont la granulométrie est inférieure à 20 mm, mais supérieure à 5 mm (on cible par exemple les eaux usées, les eaux de rivières ou de points d’eau…) ;
  • « eau très chargée », toute eau qui possède une granulométrie supérieure à 20 mm, à l’image des eaux d’inondations, des eaux usées ou des eaux souvent aspirées par une pompe immergée.

Dans quelles situations pouvez-vous utiliser une pompe de surface ?

Comme sommairement énoncé précédemment, une pompe de surface désigne un matériel qui est substantiellement utilisé pour « pomper (aspirer ou extraire) » de l’eau d’un point A vers un point B. Vous pourrez donc utiliser une pompe de surface si vous désirez aspirer de l’eau à partir d’un point d’eau (un puits, une rivière, une piscine, un bassin de jardin) vers un jardin, un tuyau d’arrosage, un égout… On pourra alors se servir de cette machine pour :

  • pomper l’eau d’un puits ou d’un cours d’eau (afin d’arroser le jardin) ;
  • irriguer un domaine, en pompant l’eau de pluie ;
  • alimenter la maison en eau ;
  • vider une cave…

Mais, ce n’est pas tout ! Un second usage fréquent de la pompe de surface consiste en l’alimentation des appareils domestiques dont le fonctionnement nécessite un approvisionnement en eau. Vos appareils domestiques tels que le lave-linge, le lave-vaisselle ou même les w.c. peuvent donc bénéficier d’un apport en eau grâce à une pompe de surface convenablement choisie.

 

Comment puis-je alors bien choisir ma pompe de surface ?

À la lueur des explications précédentes, nous déduisons que le passage granulaire de la pompe constitue l’une des caractéristiques auxquelles il faudra impérativement veiller. Cependant, il faudra aussi considérer quelques autres particularités intrinsèques à ladite pompe. Voici le détail de ces propriétés qui se détermineront à base des besoins réels !

 

Le débit de la pompe de surface

Désignant la quantité de liquide qui peut passer à travers un tuyau par unité de temps, le débit se mesure ici en mètres cubes par heure ou en litres par minutes (m3/hr ou l/min).

La pression de sortie ou d’utilisation

Elle caractérise la force exercée par le moteur de la pompe pour refouler l’eau qu’elle aspire en entrée. Elle se mesure en bars (B).

La profondeur d’aspiration

Cette grandeur désigne le dénivelé entre la pompe de surface et le niveau du point d’aspiration. Exprimable en mètres (m), les conditions optimales d’utilisation des pompes de surface stipulent que la valeur de la profondeur d’aspiration ne doit pas excéder 8 mètres. À défaut, il faudra opter pour une pompe immergée au détriment d’une pompe de surface.

La hauteur de refoulement

Cette grandeur qui se mesure en mètre correspond au dénivelé entre la pompe de surface et le point de rejet de l’eau aspirée.

Les matériaux de fabrication

Avant d’acquérir votre pompe de surface, il faudra déterminer les besoins auxquels vous serez confrontés avec une certaine précision. En effet, chaque pompe de surface est caractérisée par un couple puissance – alimentation dont les capacités sont étroitement liées aux besoins en débit et aussi aux matériaux de fabrication de la pompe. Cette dernière caractéristique fait aussi partie des facteurs qui guident l’achat d’une bonne pompe de surface. En général, une pompe de surface est composée d’un corps de pompe en fonte d’aluminium et de carters (en inox ou en plastique). Que choisir donc entre une pompe à carter tout inox ou en plastique ? Eh bien, si votre pompe de surface est destinée à un usage intensif, nous vous conseillons d’opter pour une pompe tout inox plutôt qu’une pompe qui possède des carters plastiques, opprobre des pompes d’entrée de gamme. Ces dernières sont préférables pour des travaux qui nécessitent de faibles performances.

Les pertes de charge

La détermination précise des pertes de charge s’effectue en considérant des éléments tels que le nombre de raccords et la section des tuyaux utilisés. Toutefois, une alternative fut trouvée à cette méthode afin d’obtenir les résultats escomptés à quelques unités près. Ainsi, on détermine les pertes de charge en calculant la longueur du tuyau de refoulement en mètres, puis en obtenant une équivalence basée sur la considération suivante : 10 mètres équivalent à 1 bar.

La Hauteur Manométrique Totale – HMT

Estimable en mètres de Colonne d’Eau (mCE), la HMT représente une valeur qui résume les performances d’une pompe de surface. On la détermine sur la base de la formule HMT = HR + PC + PU dans laquelle HMT, HR, PC et PU désignent respectivement la Hauteur Manométrique Totale, la Hauteur de Refoulement, les Pertes de Charge et la Pression d’Utilisation. Grosso modo, il faudra dimensionner votre pompe de surface de manière à ce qu’elle présente une Hauteur Manométrique Totale égale à 60 mCE au moins.

N. B. : La pression se mesure en bars et se détermine selon les besoins. N’hésitez pas à rajouter 2 B afin de bénéficier d’un meilleur confort d’utilisation, et de pallier par la même occasion les pertes de charge éventuelles.

Dans le cadre du HMT, 1 bar = 10 mCE

Apprenez à déterminer la pression et la Hauteur Manométrique Totale de votre pompe

Voici par exemple des conditions d’utilisation : la Hauteur de Refoulement égale à 5 m, la longueur du tuyau de refoulement égale à 15 m et la pression au point de rejet égale à 4 B, soit l’équivalent de 40 mCE. On obtient aisément la valeur de la HMT qui équivaut finalement à 5+15+40=60mCE.

Quelques informations à considérer

En résumé, l’achat d’une pompe de surface n’est pas une mince affaire. En tout cas, si tant est que vous désiriez acquérir une machine performante, il est important de dimensionner votre pompe de surface en considérant vos réalités personnelles. Pour ce faire, il faudra tenir compte des différentes caractéristiques intrinsèques à la machine. Cela permettra de faire un choix qui correspond à vos besoins et surtout de calibrer la machine comme il se doit. Eu égard aux diverses informations explicitées plus haut, il convient de rajouter les éclaircissements ci-dessous. Mais avant, veuillez bien noter que :

  • pour éviter les désamorçages qui surviennent sans prévenir et qui sont susceptibles de griller le moteur, il faudra s’équiper d’un clapet antiretour ;
  • la pompe de surface étant une machine plus ou moins bruyante, il faudra veiller à ce que le bruit émis n’excède pas le seuil d’alerte pour la santé. Celui-ci est fixé à 85 dB ;
  • toujours dans le but d’éviter que le moteur ne se grille, il faudra de même s’assurer de l’existence d’une protection thermique sur le réseau électrique auquel est reliée la pompe de surface.

Besoin en eau

Il arrive fréquemment que l’on ne connaisse pas exactement son besoin en eau. Si vous êtes aussi dans ce cas de figure, aidez-vous des valeurs que nous détaillons ci-dessous afin de déterminer votre besoin :

  • en supposant que la pompe de surface soit destinée à alimenter votre habitation en eau, il serait judicieux de considérer une quantité de 2 m^3/h pour cinq personnes. Vous pourrez rajouter 0,250 m^3/h par personne supplémentaire (si votre nombre excède 5) ;
  • si par contre le système de pompage est destiné à l’arrosage, il faudra alors compter 1 m^3 par point de rejet afin d’effectuer un bon dimensionnement.

Amorçage et sécurité manque d’eau

En termes de confort d’utilisation, il est préférable d’opter pour une pompe de surface qui possède un amorçage automatique. En effet, contrairement à l’amorçage manuel qui implique l’ajout d’eau avant l’utilisation de la machine, ce type d’amorçage offre un confort d’utilisation assez pratique. Sur cette même lancée, que se passerait-il si le réservoir ne contient plus d’eau durant l’utilisation de la pompe ? Eh bien, le moteur tournerait à sec et risquerait de se griller. C’est en cela que la sécurité manque d’eau constitue une aide vitale pour le système de pompage. Son rôle est d’arrêter automatiquement la pompe en cas d’insuffisance d’eau.

Groupe hydrophore, un système très pratique pour un besoin d’eau constant

On appelle « groupe hydrophore », un ensemble de machines qui est composé d’une pompe de surface, d’un surpresseur et d’un vase à expansion. Le rôle du groupe hydrophore ainsi formé est de fournir de l’eau à un débit et à une pression constante. Autrement appelé groupe de surpression, il s’agit donc d’une machine utilisable pour les installations qui requièrent un apport constant et régulier, aussi bien en termes de pression que de débit.

Laisser un commentaire